La liberté Retrouvée

LA SAUGE, CETTE AMIE QUI VOUS VEUT DU BIEN

 

 
La sauge, cette amie qui vous veut du bien
 
 

 

On dit de la sauge qu’elle est l’une des herbes les plus anciennement cultivées. Depuis longtemps, sa réputation en Chine et en Europe, lui confère le don de préserver la santé et de prolonger la vie. Jadis nommée « salvia salvatrix », cette appellation en dit long sur les pouvoirs qu’on lui attribuait. Pourtant, elle reste encore peu utilisée dans nos contrées. Alors, quels sont ses atouts santé ? Zoom sur une herbe aux pouvoirs hallucinants !

Sauge : des origines ancestrales

Plante médicinale utilisée depuis l’Antiquité, la sauge tient son nom scientifique, Salvia, du latin salvare, qui signifie « guérir ». Le genre Salvia comprend environ 700 espèces, réparties dans le bassin méditerranéen, le sud de l’Europe, l’Asie Mineure, l’Amérique centrale et du Sud.

Selon l’espèce et le pays, la sauge est utilisée en cuisine mais aussi dans les médecines traditionnelles ou encore comme herbe de purification.

 

sauge

 

Ainsi, les Amérindiens se servent de la sauge blanche comme encens et de la sauge divinatoire, aux propriétés hallucinogènes, dans divers rituels.

Les Mexicains, quant à eux, consomment, sous le nom de chia, les graines mucilagineuses de certaines espèces sud-américaines de sauge. Avec l’amarante et le maïs, elles constituaient jadis les « céréales » des Aztèques.

Sauge : ses effets santé

Plante digestive par excellence, la sauge possède également de multiples vertus médicinales parmi lesquelles la régulation de la transpiration ou encore des cycles menstruels.

Elle est aussi un excellent remède contre les maux de gorge, la gingivite et la désinfection des plaies. En gargarismes, la sauge apaise les maux de gorge et la toux du fumeur. Avec des propriétés anti-inflammatoires, elle est aussi utilisée en cas de gingivite, de pharyngite, d’amygdalite ou d’aphte.

 

sauge officinale

 

fleche-La sauge, cette amie qui vous veut du bienElle est également fébrifuge (elle aide à faire baisser la fièvre), digestive (elle facilite la digestion gastrique) et aide à traiter les vomissements, diarrhées ainsi que les douleurs abdominales. Stimulant les hormones, la sauge aide à régulariser les cycles menstruels ainsi qu’à calmer les douleurs des règles.

Enfin, la sauge combat les bouffées de chaleur au moment de la ménopause et aide à lutter contre la transpiration excessive, tout en la régulant.

Les feuilles de sauge peuvent servir de soin de premier secours en cas de morsure ou de piqûre. La sauge désinfecte les plaies et aide à la cicatrisation.

La sauge : un excellent apport en nutriments

La sauge est une grande source de vitamine K. Cette vitamine est nécessaire pour la synthèse de protéines qui participent à la coagulation du sang. Et cela, autant dans la stimulation que dans l’inhibition de la coagulation sanguine.

picto-etoile-paragraphe La sauge, cette amie qui vous veut du bienCette dernière joue également un rôle dans la formation des os. En plus de se trouver dans l’alimentation, la vitamine K est fabriquée par les bactéries présentes dans l’intestin, d’où la rareté de carence en cette vitamine.

 

sauge 1

 

La sauge est également une source de fer pour l’homme mais attention, pas pour la femme ! Chaque cellule du corps contient du fer. Ce minéral est essentiel au transport de l’oxygène et à la formation des globules rouges dans le sang. Il joue aussi un rôle dans la fabrication de nouvelles cellules, hormones et neurotransmetteurs.

La sauge : plusieurs études confirment ses bienfaits

La sauge fait l’objet de plusieurs études. L’une d’entre elles souligne que la consommation d’un extrait de feuilles de sauge diminuerait les triglycérides chez l’animal.

A noter que les triglycérides sont des lipides en circulation dans le sang et qu’ils peuvent devenir un facteur prédisposant à la maladie cardiovasculaire lorsqu’ils sont présents en grande quantité.

Les auteurs de cette étude ont identifié plusieurs composés actifs dans la sauge, mais seul l’acide carnosique a démontré un effet hypotriglycéridémiant. Des résultats qui devront être validés chez l’humain.

 

sauge officinale 1

 

Une autre étude a montré que des extraits de sauge administrés pendant 4 mois à des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer améliorait les fonctions cognitives et diminuait l’agitation, comparativement aux personnes ayant reçu le placebo.

La sauge serait efficace pour le traitement des cas légers et modérés de la maladie.

 

sauge 2

 

fleche-La sauge, cette amie qui vous veut du bienEnfin, dans le cadre d’une étude exploratoire effectuée chez l’animal, l’administration d’un extrait de sauge a diminué jusqu’à 30 % la glycémie (taux de glucose dans le sang) de souris modérément diabétiques et non-diabétiques.

Chez les souris ayant un diabète grave, la sauge n’a pas eu d’effet hypoglycémiant significatif, démontrant ainsi que l’extrait de sauge requiert la présence d’insuline pour exercer une régulation à la baisse du glucose sanguin.

Il n’est pas possible, dans les limites de cette étude, d’identifier les composés actifs responsables des effets observés et encore moins de transposer les résultats chez l’humain.

Sauge : comment l’utiliser ?

Il existe plusieurs façons d’utiliser la sauge. Vous pouvez par exemple, l’ajouter en petite quantité dans les vinaigrettes, l’utiliser pour rehausser la saveur de la fougasse, du pain et de la polenta, ainsi que des légumes plutôt fades, comme l’aubergine ou la pomme de terre.

 

Bouillon de boeuf en infusion de sauge

 

Elle est également un bon allié pour faciliter la digestion des viandes grasses, telles que l’oie, le canard ou le porc ou pour préparer une farce à la sauge et à l’oignon.

picto-etoile-paragraphe La sauge, cette amie qui vous veut du bienElle peut aussi assaisonner des plats tels qu’un pâté végétarien fait de lentilles, boulgour et de graines de sésame grillées. En infusion, elle peut remplacer le thé ou le café : feuilles de sauge, miel, et jus et zeste d’un citron. Il suffit de l’infuser une demi-heure dans de l’eau bouillante.

Pour conserver votre sauge, placez-là quelques jours dans un tissu ou un papier tissu humide au réfrigérateur. Ou si vous souhaitez les déshydrater, mettez les feuilles à sécher au déshydrateur ou dans un four réglé à basse température. Conserver au frais, au sec et à l’abri de la lumière.

Sauge : l’herbe a-t-elle des contre-indications ?

En raison de la quantité de vitamine K contenue dans la sauge et de son action anticoagulante, la sauge doit être utilisée avec précaution chez les personnes se trouvant sous traitement médicamenteux anticoagulant.

La sauge est également susceptible d’interagir avec des médicaments contre l’anxiété (les benzodiazépines), les troubles psychiques (neuroleptiques) et l’épilepsie.

 

Infusion de sauge

 

Il est conseillé aux personnes sous anticoagulothérapie de consulter un diététiste-nutritionniste ou un médecin afin de connaître les sources alimentaires de vitamine K et de s’assurer d’un apport quotidien le plus stable possible.

A noter que l’Agence européenne du médicament recommande de ne pas utiliser la sauge plus de 2 semaines en usage interne et 1 semaine en application locale.

Comme le disait le dicton populaire au XIIIème siècle « Pour quelle raison un homme devrait-il mourir alors que de la sauge pousse dans son jardin ? ».

Alors, convaincus ? Utilisez-vous déjà la sauge ou envisagez-vous de le faire ?

En respectant les doses, la sauge ne provoque que très rarement des effets indésirables. Ces derniers se traduisent dans ce cas par des nausées ou des vomissements.

En revanche, au-delà de 15 g par jour, elle est susceptible de causer des palpitations, des bouffées de chaleur, des convulsions et des vertiges.

 

Source Consoglobe



02/01/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 49 autres membres